Catégories
Non classé

Le « matrimoine », ou le pouvoir des femmes du/au musée ?

Women in French UK 15th Biennial Conference : Women and Power

Leeds, 17-19 mai 2019

Cette communication aborde la question du rapport des femmes au pouvoir sous l’angle artistique et culturel, à travers une analyse de la notion de « matrimoine ». Dans la version francophone de Wikipédia, celle-ci a fait l’objet de débats virulents. C’est l’argument de la redondance – pourquoi ne pas continuer à appeler « patrimoine » notre héritage culturel commun ? – qui revient le plus souvent pour justifier l’appel à la suppression de ce qui est perçu comme le simple pendant féminin d’un terme d’usage courant. Ce serait oublier que les institutions gardiennes des biens culturels formant le « patrimoine » diffusent et pérennisent ainsi par défaut une vision patriarcale de la culture.

AgnèsThurnauer, Portrait grandeur nature, 2007 – agnesthurnauer.net

Parler de matrimoine, dans le contexte du musée, peut s’assimiler à une tentative de remettre en cause la normativité acceptée des canons artistiques, en signalant les mécanismes d’exclusion et de domination qui président encore largement à la marginalisation des femmes au musée. Simultanément espace de la représentation et de l’élaboration des identités culturelles, un musée qui exploiterait son potentiel de discours matrimonial confèrerait ainsi aux femmes, artistes et spectatrices, un pouvoir d’identification.

Catégories
Non classé

‘Une culture traductrice : quand les historiens de l’art (se) traduisent’

‘Traduire l’histoire : Pratiques et acteurs de la traduction en histoire et histoire de l’art’

Journée d’études, ENS Ulm, Paris, 8 octobre 2018

Traduction allemande de
Pioneers of the Modern Movement 

Cette communication prend appui sur une formule de Michel Espagne dans son étude sur Anton Springer : « l’histoire de l’art est une culture traductrice[1]», qui sera ici comprise au pied de la lettre, comme indice du fait que les historiennes et historiens d’art, impliqué.e.s dans la formulation collective et internationale de leurs savoirs, ont besoin, font usage, et sont à l’initiative de la traduction de leurs propres recherches ou des travaux de leurs pairs. 

            On postulera la traduction non pas comme auxiliaire, mais comme matrice de l’activité de l’historien de l’art, en considérant entre autres exemples Daniel Arasse, dont Danièle Cohn écrit que « ses interprétations et ses traductions (…) sont partie prenante de son travail[2] ». Depuis sa formation en lettres classiques, il aurait conservé un rapport étroit et réflexif au langage, qui a nourri son dialogue intellectuel avec des auteurs comme Panofsky, Schapiro, Wittkower ou encore Yates (pour ne citer que l’aire anglophone), qu’il a fait découvrir au lectorat francophone. Mais on se demandera dans quelle mesure la posture du spécialiste infléchit la présentation de la pensée de ses homologues étrangers, qu’il conçoive sa traduction pour un public étudiant, pour ses confrères et consœurs, ou pour le grand public. Pour cela on utilisera les catégories établies par Gisèle Sapiro : concentration, dispersion, spécialisation et vulgarisation[3], pour réfléchir à la configuration de l’objet-livre qui résulte de la conjonction des choix opérés par l’historien de l’art-traducteur d’une part, et des stratégies de l’éditeur d’autre part. 

Cette approche matérielle pourrait permettre de nuancer l’image traditionnelle d’une discipline centrée sur des valeurs supposées « universelles » de l’art, et le postulat qui en découle : ces valeurs trouveraient leur équivalent immédiat dans le passage d’une langue à l’autre. Cette représentation semble occulter la nécessité d’acclimater les concepts à leur nouvel espace linguistique dans et par la publication, une hypothèse qu’on vérifiera à partir de l’étude de traductions d’œuvres majeures de Nikolaus Pevsner. Pevsner est un cas représentatif parmi les universitaires de langue allemande qui ont dû émigrer vers les pays anglo-saxons pour fuir les persécutions nazies, déclenchant ainsi un déplacement du centre de gravité de l’histoire de l’art, et l’avènement de l’anglais comme lingua franca de la discipline. Ainsi, le statut (entre essai, manuel et « classique »), la présentation (du livre de poche au livre-somme), et le contenu même de Génie de l’architecture européenne, le livre qui, dans la bibliographie de Pevsner, a eu le plus de résonance internationale depuis sa publication en 1942, ou Pioneers of the Modern movement, considéré comme « l’évangile du Mouvement moderne[4] », subissent une succession de métamorphoses au gré de la diffusion internationale de ces ouvrages. Mieux, nous verrons qu’en travaillant sur l’appareil critique accompagnant certaines de ces traductions, Pevsner produit le matériau d’éditions revues et augmentées dans la langue originale, une confirmation de la possibilité pour l’opération de traduction d’être productrice des discours sur l’art autant qu’elle s’en fait l’écho.

http://www.ihmc.ens.fr/traduire-histoire-pratiques-acteurs-histoire-art.html?lang=fr


[1]  Espagne, Michel, L’histoire de l’art comme transfert culturel . L’itinéraire d’Anton Springer. Paris : Belin, 2009, 4.

[2]Cohn, Danièle, « Introduction », dans Cousinié, Frédéric (dir.), Daniel Arasse : historien de l’art. Paris : INHA  ; Éditions des Cendres, 2011, 14.

[3]Voir Sapiro, Gisèle, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Paris : CNRS, 2008.

[4]Stonard, John-Paul, « Introduction », dans id. et Richard Shone (éd.), The Books that Shaped Art History. From Gombrich and Greenberg to Alpers and Krauss. Londres : Thames & Hudson, 2013, 10.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search