‘Médiatrices des arts : Pour une histoire des transmissions, réseaux, solidarités féminines et féministes’, Paris, 31 août 2018

(Session du 8e Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie)

Ma prochaine communication sera consacrée à Sabine Hackenschmidt, indispensable « assistante » au cabinet des Estampes de Strasbourg (1913-1939)

Portrait de Sabine Hackenschmidt par Lucien Blumer

Abstract :
On doit à l’artiste et conservatrice Sabine Hackenschmidt (1873-1939), assistante au cabinet des Estampes de Strasbourg de 1913 à 1939, une grande émulation artistique au sein et autour du musée, dont elle infléchit les acquisitions par son goût avant-gardiste.Malgré son titre d’assistante et la personnalité discrète qu’on lui prête, elle joue un rôle d’autant plus fondamental qu’elle opère également une médiation entre artistes contemporains de part et d’autre des frontières culturelles mouvantes de l’Alsace.

https://cirff2018.parisnanterre.fr/le-congres/programme/programme-general-cirff2018-842954.kjsp?RH=1486055758754

‘L’historiographie de l’architecture sous l’angle des transferts culturels’, Strasbourg, 2 février 2018

Dans le cadre de la journée d’études organisée par le laboratoire ARCHE, je présenterai une communication intitulée ‘L’architecte-pionnier et son porte-parole : correspondance entre Walter Gropius et Nikolaus Pevsner’.

Abstract:
Le Bauhaus-Archiv de Berlin détient environ soixante lettres de la correspondance entre l’historien de l’art et de l’architecture Nikolaus Pevsner et l’architecte Walter Gropius entre 1934 et 1968, ainsi que quelques lettres adressées à Ilse Gropius, et deux lettres de Laszlo Moholy-Nagy. Cette archive a été peu exploitée jusqu’à aujourd’hui, bien qu’elle nous offre des informations précieuses sur les mécanismes de compensation et d’adaptation mis en place par deux importants acteurs du Mouvement moderne lors de leur émigration, par exemple dans la pratique et l’enseignement de l’architecture pour Gropius, et dans l’élaboration d’une théorie architecturale compatible avec son nouveau milieu mais cohérente avec ses principes pour Pevsner.
Cette communication vise à présenter dans la perspective des transferts culturels la collaboration entre l’architecte et l’historien, tous deux motivés par leur rôle de médiateurs dans les sphères nouvelles où ils doivent trouver une place, les États-Unis pour Gropius et le Royaume-Uni pour Pevsner. En donnant au fondateur du Bauhaus un statut de pionnier dans ses travaux, Pevsner se fait le champion d’une certaine vision du modernisme, qu’il défend sur la base d’arguments historiques et en inscrivant Gropius avant l’heure, malgré les campagnes qui conduisent à la fermeture de l’école du Bauhaus par le régime national-socialiste, dans une prestigieuse lignée dans le domaine de l’architecture et du design, remontant jusqu’à William Morris.
Dans la relation dont cette correspondance est l’écho, et plus particulièrement dans les lettres écrites dans les années 1930-1940, Pevsner considère Gropius comme un mentor, qui l’aide à maintenir après son émigration en Grande-Bretagne un sentiment d’appartenance à une culture commune, dont le grand architecte serait le symbole. Ils sont unis dans la défense d’un certain Zeitgeist né en Allemagne, où, selon eux, il aurait dû avoir la possibilité de s’épanouir, et qu’ils s’efforcent de perpétuer. Cet échange épistolaire montre comment Pevsner et Gropius travaillent conjointement à la formulation de doctrines pédagogiques nourries de leur expérience commune et du souhait de promouvoir l’éducation artistique, au Royaume-Uni et aux États-Unis, comme moteur de progrès social.

http://transfertsarchi.weebly.com

« Dire presque la même chose » : L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XXIe siècles) – 22 septembre 2017, Université Bordeaux Montaigne

J’interviens en compagnie de Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS) dans la journée d’études sur l’histoire de l’art et la traduction organisée le 22 septembre à l’Université Bordeaux Montaigne par Myriam Métayer et Adriana Sotropa.

“Figures de l’ombre ? La place des traductrices dans l’historiographie de l’art en Europe”

(Adapté de la proposition rédigée par Charlotte Foucher Zarmanian et Emilie Oléron Evans, 2017)

Au passage du XIXe au XXe siècle, moment de plus grande institutionnalisation de la discipline de l’histoire de l’art en Europe, plusieurs femmes ont oeuvré à la circulation des travaux sur l’art, moyen pour elles d’entrer de biais dans un champ à dominante masculine (FRASER 2014, p. 72-73). Si invisibilité, pédagogie, répétition, sont autant de termes souvent assignés au féminin (SIMON 1996), l’impact des traductrices sur l’évolution des savoirs ne doit pas rester cantonné à la périphérie. Notre intervention vise à montrer comment, d’interprètes légitimées, elles se font aussi les porte-paroles d’une discipline en quête d’autonomie, de validité et de visibilité.

En France, la création de l’École du Louvre, se voulant non seulement une école de formation à l’administration des musées, mais aussi d’application pour l’archéologie (GRAN AYMERICH 1998), a été massivement investie par les femmes à partir des premières décennies du XXe siècle (MIGNINI 2009). Cette école a accordé une place importante à l’épigraphie, et certaines historiennes de l’art, en y prenant part, ont pu confirmer leur degré de scientificité en pratiquant la traduction, au sens de déchiffrement des langues du passé (RUTTEN 1937).

La spécialisation de plusieurs historiennes de l’art françaises en art étranger, qui peut se penser comme une prise de liberté – stratégique ? – avec leur propre pays, est également à considérer. Il en va ainsi de deux chargées de mission au musée Guimet, Jeanne Locquin et Madeleine Paul-David, qui traduisent de l’anglais vers le français des ouvrages sur les arts de l’Extrême-Orient et ne se contentent par de livrer de simples transpositions des textes originaux, mais enrichissent au contraire leur contenu d’analyses, de notes complémentaires et de clarifications (CODRINGTON 1928 ; KIDDER 1961). Enfin, les parcours des historiennes de l’art germanophones Rosa Schapire, et Sabine Gova, réfugiées respectivement à Londres et Paris pour fuir les persécutions nazies, rappelleront que l’activité de traduction peut aussi s’imposer par nécessité, pour tenter la recomposition d’une carrière fragmentée (RICHTER SHERMAN 1981 ; HOFNER-KULENKAMP 1994). Interprète-conférencière, Gova incarne également le pan oral de la traduction, souvent peu connu et valorisé – peut-être parce qu’extrêmement féminisé et ce dès les origines historiques du métier (PEYRIN 2010) –, mais déterminant pour comprendre la part des femmes dans une histoire transnationale et circulatoire de la discipline.

Cette intervention souhaite proposer des pistes de réflexion sur un sujet très peu exploré en histoire de l’art. L’analyse des pratiques traductologiques (déchiffrement, adaptation, modulation/modification) s’articulera ici à une étude typologique. En croisant une étude des discours et des pratiques intellectuels à une analyse plus socio-historique des parcours individuels – à partir d’un corpus précisément choisi –, il s’agira plus globalement de réfléchir à des notions (circulation ; médiation ; migration ; invisibilisation) visant, à plus long terme, une relecture de l’histoire de l’histoire de l’art au prisme du genre.

Bibliographie :

CODRINGTON, K. de B., L’Inde ancienne des origines à l’époque Gupta, 2 tomes, Paris, Dorbon – Ainé, 1928 (traduit de l’anglais par Mme Jean Locquin).

FRASER, Hilary, « Girl guides: travel, translation, ekphrasis », Women Writing Art History in the Nineteenth Century: Looking like a Woman, Cambridge, Cambridge Books, 2014, p. 62-98.

GARGAM, Adeline, « La Chair, l’os et les éléments. ‘L’heureuse fécondité’ de la traduction scientifique au XVIIIe siècle : le cas de Marie-Geneviève Thiroux d’Arconville », in G. LEDUC (dir.), Les Rôles

transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 59-76.

HOFNER-KULENKAMP, Gabriele. « Kennen Sie Sabine Gova ? Deutschsprachige Kunsthistorikerinnen im Exil », Kritische Berichte, 22, no. 4, 1994, p. 35-43.

GRAN-EYMERICH, Ève, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS éditions, 1998.

KIDDER, Edward J. Jr., Sculptures japonaises. Traduit et préfacé par Madeleine-Paul David, Tokyo – Fribourg, Bijutsu Shuppan-Sha – Office du Livre, 1961.

MIGNINI, Maria, Diventare Storiche dell’arte. Una storia di formazione e professionalizzazione in Italia e Francia (1900-1940), Rome, Carocci, 2009.

PEYRIN, Aurélie, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’oeil, Paris, La documentation française, 2010.

RICHTER SHERMAN, Claire (éd.), Women as Interpreters of the Visual Arts 1820-1979, Londres, Greenwod, 1981.

RUTTEN, Maggie, Éléments d’accadien (assyrien-babylonien). Notions de grammaire, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve, 1937.

SIMON, Sherry, Gender in Translation. Cultural Identity and the Politics of Transmission, 1996.

“Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre”, 27-28 janvier 2017, ENS, Paris

Titre et résumé de ma communication au colloque international Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre à l’École Normale supérieure  (programme).

Vers une discipline ? Les discours sur l’art au Royaume-Uni pendant la Première Guerre mondiale

Comme le souligne Roger Fry en 1933 dans un discours inaugural intitulé Art-History as an Academic Study, l’histoire de l’art ne se constitue que lentement en discipline dans les universités britanniques (un « retard » fréquemment commenté depuis dans l’historiographie de l’art). Certes absente sous cette dénomination stricte jusqu’à l’ouverture de l’Institut Courtauld en 1932, on la trouve néanmoins en germe dans un nombre limité d’institutions qui prodiguent un enseignement sur l’art et son histoire : la chaire Watson-Gordon à Edimbourg, la chaire Slade dans ses trois déclinaisons à Londres, Oxford et Cambridge, et la chaire Durning-Lawrence, également à Londres. Cet essai analyse les parcours des professeurs qui occupent ces chaires dans le premier quart du XXe siècle (Charles Holmes, Selwyn Image, Roger Fry, Henry Tonks ou Gerald Baldwin Brown) et de leurs collègues et étudiants, et les variations du discours sur l’art qu’ils proposent, en fonction de leur engagement intellectuel dans la Première Guerre mondiale. Que l’étude d’un patrimoine artistique national et international nourrisse la rhétorique d’une guerre menée au nom de la Civilisation, ou soit le sujet d’un dialogue scientifique préservé avec les homologues historiens d’art, alliés ou ennemis, elle semble révéler durant le conflit sa légitimité en tant que champ de recherche, celui que, faute de mieux, Fry propose d’appeler « Art-History ».

“L’histoire de l’art pour les artistes”, Berlin, 7-9 juillet

Du 7 au 9 juillet prochain a lieu à la Technische Universität de Berlin une conférence intitulée Art History for Artists. J’y présente une communication dont voici le résumé :

Cette étude a pour objet la formulation collective d’un discours moderne sur les arts décoratifs dans la revue Das Kunstgewerbe in Elsass-Lothringen, publiée à Strasbourg de 1900 à 1906, par Anton Seder, artiste et directeur de la Strassburger Kunstgewerbeschule, et Franz Friedrich Leitschuh, professeur d’histoire de l’art à la Kaiser-Wilhelms-Universität. Ce dernier est l’auteur du premier éditorial qui plaide pour la création d’un espace de dialogue entre théoriciens et praticiens. La revue se donne pour but de ‘rendre compte par le mot et par l’image des productions artistiques passées et présentes’, et d’atteindre un large public, ‘faisant ainsi entrer un peu de beauté dans les foyers moins privilégiés.’

Ce programme culturel et artistique est réalisé dans une série de contributions qui présentent l’Art Nouveau comme le style de la modernité, dans la droite ligne des réformes de l’éducation artistique menées à la Kunstgewerbeschule de Strasbourg. La revue sert de plate-forme à une nouvelle génération d’artisans actifs à Munich, Darmstadt, Vienne, Dresde, mais aussi et surtout à Strasbourg et dans le Reichsland. Richement illustré, Das Kunstgewerbe in Elsass-Lothringen est une vitrine pour les travaux des enseignants et des élèves des institutions locales, devenant lui-même un objet suivant l’esthétique Jugendstil.

Les essais pédagogiques et théoriques font écho aux rapports sur des expériences artistiques contemporaines, dans une nouvelle direction stylistique connectée à la nature et se démarquant de tendances historicistes. Malgré cet appel à un renouveau esthétique, la revue consacre de nombreux articles à des sujets historiques, rédigés par d’éminents historiens de l’art et archéologues. On pourrait voir un paradoxe dans le fait que la défense du mouvement Art Nouveau est sciemment associée à une approche historiographique poussée ; de fait, le sens d’une continuité dans l’évolution des arts décoratifs dans le Reichsland ainsi créé vient à son tour informer la production artistique contemporaine. L’utilité de l’histoire des arts n’est plus de fournir des modèles récurrents, mais de sensibiliser les artistes aux racines culturelles profondes de leur activité. Contre le danger d’un style moderne dépourvu d’âme et qui ne présenterait que les signes extérieurs de la nouveauté, les éditeurs de la revue et les enseignants de la Kunstgewerbeschule travaillent à l’établissement d’un équilibre, au sein même de la publication, entre projections du futur des arts appliqués dans la région, et constitution par le discours historiographique d’un riche patrimoine.

Ce mélange d’articles historiques et d’essais sur les pratiques et innovations techniques contemporaines rend visible le changement de perception de l’activité ‘artisanale’ dans le Land d’Alsace-Lorraine, avec la possibilité d’inscrire cette production dans une généalogie qui confère de plein droit aux artisans le statut d’artiste.

Pour en savoir plus : https://arthistoryforartists.com