‘L’historiographie de l’architecture sous l’angle des transferts culturels’, Strasbourg, 2 février 2018

Dans le cadre de la journée d’études organisée par le laboratoire ARCHE, je présenterai une communication intitulée ‘L’architecte-pionnier et son porte-parole : correspondance entre Walter Gropius et Nikolaus Pevsner’.

Abstract:
Le Bauhaus-Archiv de Berlin détient environ soixante lettres de la correspondance entre l’historien de l’art et de l’architecture Nikolaus Pevsner et l’architecte Walter Gropius entre 1934 et 1968, ainsi que quelques lettres adressées à Ilse Gropius, et deux lettres de Laszlo Moholy-Nagy. Cette archive a été peu exploitée jusqu’à aujourd’hui, bien qu’elle nous offre des informations précieuses sur les mécanismes de compensation et d’adaptation mis en place par deux importants acteurs du Mouvement moderne lors de leur émigration, par exemple dans la pratique et l’enseignement de l’architecture pour Gropius, et dans l’élaboration d’une théorie architecturale compatible avec son nouveau milieu mais cohérente avec ses principes pour Pevsner.
Cette communication vise à présenter dans la perspective des transferts culturels la collaboration entre l’architecte et l’historien, tous deux motivés par leur rôle de médiateurs dans les sphères nouvelles où ils doivent trouver une place, les États-Unis pour Gropius et le Royaume-Uni pour Pevsner. En donnant au fondateur du Bauhaus un statut de pionnier dans ses travaux, Pevsner se fait le champion d’une certaine vision du modernisme, qu’il défend sur la base d’arguments historiques et en inscrivant Gropius avant l’heure, malgré les campagnes qui conduisent à la fermeture de l’école du Bauhaus par le régime national-socialiste, dans une prestigieuse lignée dans le domaine de l’architecture et du design, remontant jusqu’à William Morris.
Dans la relation dont cette correspondance est l’écho, et plus particulièrement dans les lettres écrites dans les années 1930-1940, Pevsner considère Gropius comme un mentor, qui l’aide à maintenir après son émigration en Grande-Bretagne un sentiment d’appartenance à une culture commune, dont le grand architecte serait le symbole. Ils sont unis dans la défense d’un certain Zeitgeist né en Allemagne, où, selon eux, il aurait dû avoir la possibilité de s’épanouir, et qu’ils s’efforcent de perpétuer. Cet échange épistolaire montre comment Pevsner et Gropius travaillent conjointement à la formulation de doctrines pédagogiques nourries de leur expérience commune et du souhait de promouvoir l’éducation artistique, au Royaume-Uni et aux États-Unis, comme moteur de progrès social.

http://transfertsarchi.weebly.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.