« Dire presque la même chose » : L’histoire de l’art et ses traductions (XIXe-XXIe siècles) – 22 septembre 2017, Université Bordeaux Montaigne

J’interviens en compagnie de Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS) dans la journée d’études sur l’histoire de l’art et la traduction organisée le 22 septembre à l’Université Bordeaux Montaigne par Myriam Métayer et Adriana Sotropa.

“Figures de l’ombre ? La place des traductrices dans l’historiographie de l’art en Europe”

(Adapté de la proposition rédigée par Charlotte Foucher Zarmanian et Emilie Oléron Evans, 2017)

Au passage du XIXe au XXe siècle, moment de plus grande institutionnalisation de la discipline de l’histoire de l’art en Europe, plusieurs femmes ont oeuvré à la circulation des travaux sur l’art, moyen pour elles d’entrer de biais dans un champ à dominante masculine (FRASER 2014, p. 72-73). Si invisibilité, pédagogie, répétition, sont autant de termes souvent assignés au féminin (SIMON 1996), l’impact des traductrices sur l’évolution des savoirs ne doit pas rester cantonné à la périphérie. Notre intervention vise à montrer comment, d’interprètes légitimées, elles se font aussi les porte-paroles d’une discipline en quête d’autonomie, de validité et de visibilité.

En France, la création de l’École du Louvre, se voulant non seulement une école de formation à l’administration des musées, mais aussi d’application pour l’archéologie (GRAN AYMERICH 1998), a été massivement investie par les femmes à partir des premières décennies du XXe siècle (MIGNINI 2009). Cette école a accordé une place importante à l’épigraphie, et certaines historiennes de l’art, en y prenant part, ont pu confirmer leur degré de scientificité en pratiquant la traduction, au sens de déchiffrement des langues du passé (RUTTEN 1937).

La spécialisation de plusieurs historiennes de l’art françaises en art étranger, qui peut se penser comme une prise de liberté – stratégique ? – avec leur propre pays, est également à considérer. Il en va ainsi de deux chargées de mission au musée Guimet, Jeanne Locquin et Madeleine Paul-David, qui traduisent de l’anglais vers le français des ouvrages sur les arts de l’Extrême-Orient et ne se contentent par de livrer de simples transpositions des textes originaux, mais enrichissent au contraire leur contenu d’analyses, de notes complémentaires et de clarifications (CODRINGTON 1928 ; KIDDER 1961). Enfin, les parcours des historiennes de l’art germanophones Rosa Schapire, et Sabine Gova, réfugiées respectivement à Londres et Paris pour fuir les persécutions nazies, rappelleront que l’activité de traduction peut aussi s’imposer par nécessité, pour tenter la recomposition d’une carrière fragmentée (RICHTER SHERMAN 1981 ; HOFNER-KULENKAMP 1994). Interprète-conférencière, Gova incarne également le pan oral de la traduction, souvent peu connu et valorisé – peut-être parce qu’extrêmement féminisé et ce dès les origines historiques du métier (PEYRIN 2010) –, mais déterminant pour comprendre la part des femmes dans une histoire transnationale et circulatoire de la discipline.

Cette intervention souhaite proposer des pistes de réflexion sur un sujet très peu exploré en histoire de l’art. L’analyse des pratiques traductologiques (déchiffrement, adaptation, modulation/modification) s’articulera ici à une étude typologique. En croisant une étude des discours et des pratiques intellectuels à une analyse plus socio-historique des parcours individuels – à partir d’un corpus précisément choisi –, il s’agira plus globalement de réfléchir à des notions (circulation ; médiation ; migration ; invisibilisation) visant, à plus long terme, une relecture de l’histoire de l’histoire de l’art au prisme du genre.

Bibliographie :

CODRINGTON, K. de B., L’Inde ancienne des origines à l’époque Gupta, 2 tomes, Paris, Dorbon – Ainé, 1928 (traduit de l’anglais par Mme Jean Locquin).

FRASER, Hilary, « Girl guides: travel, translation, ekphrasis », Women Writing Art History in the Nineteenth Century: Looking like a Woman, Cambridge, Cambridge Books, 2014, p. 62-98.

GARGAM, Adeline, « La Chair, l’os et les éléments. ‘L’heureuse fécondité’ de la traduction scientifique au XVIIIe siècle : le cas de Marie-Geneviève Thiroux d’Arconville », in G. LEDUC (dir.), Les Rôles

transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 59-76.

HOFNER-KULENKAMP, Gabriele. « Kennen Sie Sabine Gova ? Deutschsprachige Kunsthistorikerinnen im Exil », Kritische Berichte, 22, no. 4, 1994, p. 35-43.

GRAN-EYMERICH, Ève, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS éditions, 1998.

KIDDER, Edward J. Jr., Sculptures japonaises. Traduit et préfacé par Madeleine-Paul David, Tokyo – Fribourg, Bijutsu Shuppan-Sha – Office du Livre, 1961.

MIGNINI, Maria, Diventare Storiche dell’arte. Una storia di formazione e professionalizzazione in Italia e Francia (1900-1940), Rome, Carocci, 2009.

PEYRIN, Aurélie, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’oeil, Paris, La documentation française, 2010.

RICHTER SHERMAN, Claire (éd.), Women as Interpreters of the Visual Arts 1820-1979, Londres, Greenwod, 1981.

RUTTEN, Maggie, Éléments d’accadien (assyrien-babylonien). Notions de grammaire, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve, 1937.

SIMON, Sherry, Gender in Translation. Cultural Identity and the Politics of Transmission, 1996.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.