« L’histoire de l’art pour les artistes », Berlin, 7-9 juillet

Du 7 au 9 juillet prochain a lieu à la Technische Universität de Berlin une conférence intitulée Art History for Artists. J’y présente une communication dont voici le résumé :

Cette étude a pour objet la formulation collective d’un discours moderne sur les arts décoratifs dans la revue Das Kunstgewerbe in Elsass-Lothringen, publiée à Strasbourg de 1900 à 1906, par Anton Seder, artiste et directeur de la Strassburger Kunstgewerbeschule, et Franz Friedrich Leitschuh, professeur d’histoire de l’art à la Kaiser-Wilhelms-Universität. Ce dernier est l’auteur du premier éditorial qui plaide pour la création d’un espace de dialogue entre théoriciens et praticiens. La revue se donne pour but de ‘rendre compte par le mot et par l’image des productions artistiques passées et présentes’, et d’atteindre un large public, ‘faisant ainsi entrer un peu de beauté dans les foyers moins privilégiés.’

Ce programme culturel et artistique est réalisé dans une série de contributions qui présentent l’Art Nouveau comme le style de la modernité, dans la droite ligne des réformes de l’éducation artistique menées à la Kunstgewerbeschule de Strasbourg. La revue sert de plate-forme à une nouvelle génération d’artisans actifs à Munich, Darmstadt, Vienne, Dresde, mais aussi et surtout à Strasbourg et dans le Reichsland. Richement illustré, Das Kunstgewerbe in Elsass-Lothringen est une vitrine pour les travaux des enseignants et des élèves des institutions locales, devenant lui-même un objet suivant l’esthétique Jugendstil.

Les essais pédagogiques et théoriques font écho aux rapports sur des expériences artistiques contemporaines, dans une nouvelle direction stylistique connectée à la nature et se démarquant de tendances historicistes. Malgré cet appel à un renouveau esthétique, la revue consacre de nombreux articles à des sujets historiques, rédigés par d’éminents historiens de l’art et archéologues. On pourrait voir un paradoxe dans le fait que la défense du mouvement Art Nouveau est sciemment associée à une approche historiographique poussée ; de fait, le sens d’une continuité dans l’évolution des arts décoratifs dans le Reichsland ainsi créé vient à son tour informer la production artistique contemporaine. L’utilité de l’histoire des arts n’est plus de fournir des modèles récurrents, mais de sensibiliser les artistes aux racines culturelles profondes de leur activité. Contre le danger d’un style moderne dépourvu d’âme et qui ne présenterait que les signes extérieurs de la nouveauté, les éditeurs de la revue et les enseignants de la Kunstgewerbeschule travaillent à l’établissement d’un équilibre, au sein même de la publication, entre projections du futur des arts appliqués dans la région, et constitution par le discours historiographique d’un riche patrimoine.

Ce mélange d’articles historiques et d’essais sur les pratiques et innovations techniques contemporaines rend visible le changement de perception de l’activité ‘artisanale’ dans le Land d’Alsace-Lorraine, avec la possibilité d’inscrire cette production dans une généalogie qui confère de plein droit aux artisans le statut d’artiste.

Pour en savoir plus : https://arthistoryforartists.com