Gustav Friedrich Waagen et les ‘trésors de l’art’

Je m’intéresse à une historiographie de l’art à la jonction entre l’histoire du goût et l’histoire sociale, et c’est dans cette perspective que j’ai commencé à explorer les travaux de Gustav F. Waagen (1794-1868). Outre un article publié en 2015 dans la Revue Germanique Internationale, j’ai eu l’occasion de présenter de nouvelles pistes de réflexion lors de la conférence de la College Art Association (CAA) en février 2015. En voici la traduction en guise de ‘work in progress’, en attendant que l’article tiré de mes notes sorte des limbes…

Parmi les visiteurs autorisés à visiter les prestigieuses collections privées dans l’Angleterre du XIXe siècle, l’un d’entre eux occupait une place singulière : l’historien d’art Gustav Friedrich Waagen. Nommé directeur de la Gemäldegalerie de Berlin en 1830, Waagen sillonna l’Europe pour évaluer la place de l’art dans les grands centres culturels. Au cours de ces voyages, il recensa et catalogua autant d’œuvres que possible, avec le zèle scientifique auquel on pouvait s’attendre chez un proche collaborateur de Wilhelm von Humboldt.

Waagen éprouvait une attirance toute particulière pour l’Angleterre et « les étonnants trésors artistiques de toute sorte que contenait cette île » et, puisque ces trésors étaient pour la plupart conservés dans des demeures privées, il fit le tour du pays armé de lettres de recommandation. Son expertise lui valut rapidement une réputation internationale. Kunstwerke und Künstler in England und Paris (Œuvres d’art et artistes en Angleterre et à Paris), publié en Allemagne en 1837, était la toute première tentative de catalogue exhaustif de toutes les grandes collections d’art, qu’elles soient privées ou publiques. En 1850, l’ouvrage fut traduit par Elizabeth Eastlake, l’épouse du directeur de la National Gallery de Londres, Charles Eastlake, sous le titre Treasures of Art in Great Britain. Germanophile, le couple Eastlake était très proche de Waagen, et cette traduction permit au public britannique de découvrir les pratiques de conservation et de recension modernes qui avaient été développées dans les territoires de langue allemande.

En permettant à Waagen d’entrer chez eux, les collectionneurs anglais ouvraient symboliquement au grand public l’accès aux œuvres d’art en leur possession, à travers le « musée imaginaire » que constituait Treasures of Art. Dans le même temps, ils affirmaient leur statut de propriétaires de ces collections, auxquelles leur nom restait associé. En tant qu’expert, Waagen considérait d’un œil critique le fait que certains amateurs d’art considèrent leurs collections « comme de simples ornements pour leur salon » et que l’acquisition de peintures des écoles flamandes et hollandaises repose sur ce seul critère décoratif. Ainsi, le projet de Waagen met en lumière la tension inhérente au statut des œuvres d’art dans l’espace domestique, entre artefacts relevant de l’histoire de l’art, et pièces d’ornementation.

(Version originale sur le blog Home Subjects)