« Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre », 27-28 janvier 2017, ENS, Paris

Titre et résumé de ma communication au colloque international Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre à l’École Normale supérieure  (programme).

Vers une discipline ? Les discours sur l’art au Royaume-Uni pendant la Première Guerre mondiale

Comme le souligne Roger Fry en 1933 dans un discours inaugural intitulé Art-History as an Academic Study, l’histoire de l’art ne se constitue que lentement en discipline dans les universités britanniques (un « retard » fréquemment commenté depuis dans l’historiographie de l’art). Certes absente sous cette dénomination stricte jusqu’à l’ouverture de l’Institut Courtauld en 1932, on la trouve néanmoins en germe dans un nombre limité d’institutions qui prodiguent un enseignement sur l’art et son histoire : la chaire Watson-Gordon à Edimbourg, la chaire Slade dans ses trois déclinaisons à Londres, Oxford et Cambridge, et la chaire Durning-Lawrence, également à Londres. Cet essai analyse les parcours des professeurs qui occupent ces chaires dans le premier quart du XXe siècle (Charles Holmes, Selwyn Image, Roger Fry, Henry Tonks ou Gerald Baldwin Brown) et de leurs collègues et étudiants, et les variations du discours sur l’art qu’ils proposent, en fonction de leur engagement intellectuel dans la Première Guerre mondiale. Que l’étude d’un patrimoine artistique national et international nourrisse la rhétorique d’une guerre menée au nom de la Civilisation, ou soit le sujet d’un dialogue scientifique préservé avec les homologues historiens d’art, alliés ou ennemis, elle semble révéler durant le conflit sa légitimité en tant que champ de recherche, celui que, faute de mieux, Fry propose d’appeler « Art-History ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *